Prevention of radicalisation in Molenbeek

Deliverable AFFECT-RP-6-2018.

In contrast to the social, political and media-fueled stigmatisation which the district of Molenbeek and its residents have endured over the last few years, the general aim of the present research paper is to contribute to a better understanding of a thorny and still sensitive issue, and to develop a less emotionally charged and knee-jerk approach to the question of prevention of radicalisation.

Authors: Fabienne Brion & Emmanuel-Pierre Guittet

Date: November 2018

Download AFFECT-RP-6-2018-BRION-GUITTET-Prevention of radicalisation in Molenbeek-VF

De quoi la radicalisation est-elle le nom?

Conférence-débat avec Rik Coolsaet, Professeur émérite à l’Université de Gand et Fatima Zibouh, chercheuse au Centre d’Etudes de l’Ethnicité et des Migrations à l’‎Université de Liège.

La lutte contre le terrorisme et la prévention de la radicalisation sont devenues les maîtres-mots de nos angoisses politiques et sociales contemporaines. Mais de quoi parlons-nous vraiment lorsque ces termes de terrorisme et de radicalisation sont invoqués ? De quoi la radicalisation est-elle le nom ?

Lundi 27 Mars 2017 – La Fonderie, Musée bruxellois des Industries et du Travail, salle des ciseleurs

 

Le phénonmène de radicalisme à Molenbeek – Entretien avec Johan De Becker

Un an après les attentats, le chef de corps de la zone Bruxelles-Ouest, Johan De Becker, fait le point sur le phénomène de radicalisme à Molenbeek. Entretien paru dans DHNET.be, le 19 mars 2017. (lire la suite)

À la tête de la zone de police Bruxelles-Ouest (Molenbeek, Jette, Berchem, Koekelberg et Ganshoren) depuis 2002, le chef de corps Johan De Becker a accepté d’évoquer l’évolution de la situation du point de vue du radicalisme et de la sécurité à Molenbeek. Pour cet officier supérieur en charge d’un des territoires les plus sensibles du pays, les collaborations mises récemment en place entre le Parquet, les polices fédérale et locale et l’administration communale ont permis de nombreux progrès dans le cadre de la lutte contre le radicalisme. Johan De Becker souligne néanmoins une énième fois les problèmes de sous-effectifs de sa zone et insiste : la sécurité à Molenbeek passera aussi par l’amélioration des conditions de vie de ses habitants (lire la suite)